Société

En Serbie, Afghans, Syriens et nouveaux réfugiés aux portes de l’Union européenne

A Subotica et Krnjača (SER)

La Serbie est la nouvelle zone tampon de l’Union européenne. Elle fait face, depuis 2008 et son adoption d’une loi sur l’asile, à un afflux de migrants qui a justifié des contrôles accrus aux frontières.

Le pays pivot des Balkans n’est qu’une terre de passage pour ces nouveaux réfugiés, venus principalement d’Afrique et d’Asie. Ils fuient des pays en crise et en guerre : Afghanistan, Syrie, Pakistan, Somalie, entre autres.

Le statut de résident serbe les intéresse peu : ils visent l’Europe de l’Ouest, et le plus vite possible.

(Passez la souris sur la carte)

 

Pour ne pas risquer la prison une fois en Serbie, les réfugiés n’ont d’autres choix que de demander l’asile. En deux ans, le nombre de requêtes a été multiplié par dix. Une route pleine d’embûches les attend, entre passages en centres d’accueil et vie hostile dans les campements clandestins installés dans les forêts, aussi appelés jungles.

Nous avons retracé le parcours-type d’un demandeur sur dix-huit jours et rencontré plusieurs réfugiés. Cliquez sur le document ci-dessous pour revivre ce parcours, ses contraintes et comprendre le quotidien de ces personnes.

La quasi-totalité des demandeurs d’asile fuient les centres d’accueil afin de rejoindre la Hongrie, membre de l’espace Schengen, qui institue la libre circulation dans l’UE. Beaucoup visent l’Allemagne, l’Italie, la France ou la Scandinavie. Pour cela, le passage par les jungles de Subotica est presque toujours obligatoire. Herbes hautes, climat hostile, descentes de police et camps délabrés, découvrez en photos et vidéos le dernier trajet en Serbie de ces nouveaux réfugiés.

Reportage et réalisation : Marianne Murat & Marie-Lou Robert
Carte : Alberto Campi

(Encadrement : CR, LG et SR)